Le guide de préparation pour voyager en Alaska

L’Alaska est le plus grand État des États-Unis d’Amérique, cette terre polaire offre des paysages à couper le souffle : glaciers, lacs, rivières, parcs nationaux, montagnes… Les voyageurs à l’esprit aventurier seront littéralement comblés par les beautés de l’Alaska.

À travers ce voyage unique, vous pourrez marcher sur les traces de Christopher McCandless, dont l’histoire a inspiré “Into the Wild”, suivre l’itinéraire des chercheurs d’or ou encore arpenter les rivières et sentiers abrupts fréquentés par les trappeurs, les possibilités sont immenses ! Nul doute que voyager en Alaska vous marquera à vie.

Cependant, avec sa nature hostile, voyager en Alaska ne s’improvise pas. Quand partir ? Où aller ? Que faire ? Dans ce guide, vous trouverez les informations essentielles pour un voyage en Alaska réussi, riche en émotion et hors des sentiers battus !

Quand voyager en Alaska ?

Sans surprise, si vous êtes frileux, voyager en Alaska n’est pas la meilleure idée ! Le climat de cette région est de type polaire, constitué d’hivers très froids et neigeux avec des journées relativement courtes. En ce qui concerne les étés, ils sont assez courts et doux, tout en restant relativement frais.

L’Alaska étant une zone immense, le climat peut varier suivant la location. La distance avec l’océan, les montagnes, la latitude et l’altitude sont autant de facteurs qui peuvent influencer la météo.

La meilleure période de l’année pour profiter des beautés de l’Alaska est sans conteste pendant les mois d’été. Concrètement, nous vous conseillons d’organiser votre séjour entre mai et septembre. Vous pourrez ainsi profiter des journées longues et d’une température supportable. Toutefois, gardez en tête que la température pendant les nuits d’été est bien souvent négative.

Note : avant de voyager en Alaska, pensez aux produits anti-moustiques ! En effet, durant l’été, certaines régions sont infestées de ces insectes. Par ailleurs, si vous êtes fan des ours, les meilleurs mois pour les observer sont entre juillet et septembre.

Quand peut-on voir les aurores boréales ?

Les aurores boréales de l’Alaska sont un spectacle éblouissant et hypnotisant visible majoritairement dans les zones polaires. Pour admirer ce phénomène hors du commun, il est généralement conseillé de rester au-dessus du 60° parallèle nord, dans une zone de faible luminosité et sans pleine lune. Attention, profiter de ces merveilles du ciel vous demandera un peu d’auto-discipline. En effet, les meilleurs moments pour admirer les aurores boréales sont soit très tôt le matin, avant l’aube, ou tard le soir.

La période de l’année est également très importante. En général, le meilleur moment pour voir les aurores boréales est au moment des équinoxes, c’est-à-dire vers mi-mars et mi-septembre. Bien qu’elles soient plus intenses au coeur de l’hiver, il est extrêmement difficile de pouvoir contempler ce majestueux spectacle avec les températures glaciales hivernales.  

Observer le soleil de minuit

L’Alaska offre de nombreux phénomènes naturels époustouflants : outre les aurores boréales, il vous sera possible d’observer le soleil de minuit. Ce spectacle naturel est uniquement visible au-dessus du cercle polaire arctique. À titre d’exemple, dans le village de Barrow, entre mai et août, le soleil ne se couche pas pendant 84 jours. À l’inverse, de mi-novembre à janvier, le soleil ne se lève pas, laissant Barrow dans l’obscurité la plus totale.  

Où voyager en Alaska ?

Il serait très difficile de vous conseiller les plus beaux sites tant l’Alaska offre une diversité de paysages différents. Cependant, nous avons établi une sélection des lieux qui nous semblent incontournables pour votre prochain voyage.

Le glacier Bay National Park and Preserve  

Le parc national de Glacier Bay est incontestablement l’un des lieux à visiter si vous voyagez en Alaska. Classé au patrimoine mondial de l’humanité, ce parc s’étend sur une superficie totale de 13 287 kilomètres carrés et abrite 12 glaciers au total.

Glacier Bay est difficile d’accès, les chemins de randonnée se faisant rares, la plupart des voyageurs choisissent donc le bateau pour visiter les lieux.

Outre ses paysages splendides, ce parc national accueille une faune très diversifiée. Aussi bien des animaux terrestres (ours, caribous, loups, renards roux, élans, marmottes, etc.) que des animaux marins (loutres, baleines, orques, otaries, saumons, etc.). Pour admirer la richesse de cette faune, la meilleure option est d’opter pour une croisière organisée. Vous aurez alors l’occasion d’entrer au coeur du parc et de découvrir les nombreux fjords qui le composent.

Le parc national Denali

Région spectaculaire, le parc national Denali est l’un des lieux favoris des amateurs de grands espaces. Randonnée, trek, pêche, rafting, excursion en voiture, pas de quoi vous ennuyer ! Si vous êtes fan d’alpinisme, vous pourrez également vous lancer dans l’ascension du mythique mont McKinley. Cependant, partir à l’assaut de ce mont demande une très grande préparation. En effet, culminant à 6168 mètres d’altitude, il s’agit de la plus haute montagne du sous-continent nord-américain.

Le musée du Nord

Si vous passez par Fairbanks, la deuxième ville de l’État de l’Alaska, vous devez absolument vous arrêter au musée du Nord. Géré par l’University of Alaska, ce musée regroupe de nombreuses collections d’objets d’art et de sculptures. L’occasion d’en apprendre plus sur la riche histoire de l’Alaska. Dans la Rose Berry Gallery, vous pourrez ainsi admirer des oeuvres historiques splendides comme l’Okvik Madonna, une sculpture en ivoire âgée de plus de 2000 ans.

Riverboat Discovery

Si vous restez plusieurs jours sur Fairbanks, pourquoi ne pas embarquer sur une croisière de quelques heures au coeur des rivières de l’Alaska. Cette escapade vous permettra de découvrir aussi bien la vie moderne actuelle que les coutumes traditionnelles des locaux. Vous aurez également la possibilité de vous arrêter découvrir le village indien de Chena. Vous comprendrez alors comment les populations locales ont su s’adapter, générations après générations, face à la rudesse du climat de l’Alaska.

Parc historique national de la ruée vers l’or du Klondike

Le 18 juillet 1897, trois journaux américains font une annonce fracassante : des gisements d’or ont été découverts au coeur de l’Alaska. La nouvelle se répand alors comme une traînée de poudre dans le pays, et même dans le monde, c’est le début de la ruée vers l’or. Les chercheurs d’or vont alors poursuivre des recherches sans relâche le long du Klondike, un affluent du Yukon.

Pour en savoir plus sur les conditions de vie de ces aventuriers, vous pourrez regarder un film retraçant leur histoire au centre d’accueil de Skagway. Nous vous conseillons également de vous balader dans cette ville à l’architecture particulière où les habitations ont été érigées en pleine période de ruée vers l’or et où l’esprit pionnier règne encore.

Pour vous immerger dans l’ambiance de ruée vers l’or, vous pouvez également marcher sur les pas des prospecteurs d’or en arpentant les pistes de randonnées Chilkoot et White. Notez qu’il vous faut faire une demande de permis avant de vous lancer dans ces randonnées.   

Anchorage

Nommée “ville des lumières” en hiver et “ville des fleurs” en été, Anchorage mêle parfaitement nature sauvage et vie urbaine moderne, d’où son fameux slogan : “Life Big Wild”. Bordant l’océan pacifique et entourée d’espaces verts, la ville d’Anchorage est idéale pour les personnes souhaitant prendre un grand bol d’air et se rapprocher de la nature tout en restant à proximité de la civilisation.

Anchorage est le point de départ de nombreuses excursions, croisières et autres activités de plein air. À partir de cette ville, vous pourrez notamment partir pour les majestueuses montagnes Chugach ou pour le somptueux Parc National Denali.

Si vous souhaitez être accompagné, notez que la ville regorge d’agences locales offrant des services de guides et de circuits touristiques sur les sites incontournables.

L’organisation de votre voyage en Alaska

Ne l’oubliez pas, l’Alaska fait partie des USA : avant de partir en vacances, il vous faudra donc faire une demande d’autorisation de séjour. Si votre séjour dans le Grand nord ne dépasse pas 90 jours consécutifs, vous n’aurez pas besoin de visa, un ESTA sera suffisant à l’embarquement !

L’autorisation ESTA

Pour obtenir votre document ESTA avant votre voyage en Alaska, rien de plus simple : rendez-vous sur le site officiel du gouvernement américain ou sur un site privé spécialisé et remplissez le formulaire en ligne. Votre autorisation vous parviendra dans les 72 heures qui suivent. Cependant, afin de faire votre voyage en Alaska en toute sérénité, nous vous conseillons d’anticiper cette démarche.  

Partir en Alaska via une agence de voyage  

Si vous désirez partir en voyage l’esprit libre, sans vous soucier du parcours et des itinéraires une fois sur place, libre à vous de consulter des agences de voyage. Certains voyagistes proposent également des voyages sur-mesure, option idéale pour créer le voyage de votre rêve.

Vous l’aurez compris, voyager en Alaska vous offrira un dépaysement total au bout du monde et des souvenirs inoubliables. Vous trouverez toujours une occupation en fonction de vos envies, pas de place à l’ennui dans ce voyage d’exception ! Vous voilà enfin prêt à arpenter ces terres sauvages, bon voyage en Alaska !

Visa travail usa

Comment avoir un visa de travail USA ?

Avoir l’opportunité de travailler aux États-Unis peut être une superbe expérience professionnelle au cours d’une carrière, mais cela n’est pas à la portée de tous. Le gouvernement américain impose des règles strictes concernant l’immigration professionnelle outre-Atlantique. Deux cas de figure se présentent. D’un côté, les personnes souhaitant travailler aux États-Unis pour une durée temporaire et qui entrent dans la catégorie des non-immigrants. De l’autre, les personnes désirant s’expatrier et devenir résident permanent aux USA et qui, de ce fait, aurons droit à un permis de travail (green card) si leur demande est acceptée. Néanmoins, dans les deux cas, cela commence par l’obtention d’un visa travail USA. Il en existe plusieurs sortes suivant la catégorie professionnelle dans laquelle vous vous trouvez. Cet article va s’efforcer de faire un tour d’horizon de toutes les options envisageables pour vous permettre de travailler aux USA et vous immerger dans la culture américaine.


Comment obtenir un
visa travail USA pour non-immigrant ?

Comme mentionné précédemment, vous pouvez être autorisé à exercer une activité professionnelle temporairement aux États-Unis uniquement si vous correspondez à certains critères.

Première étape avant de postuler pour un visa de travail USA, trouver du travail. Cette condition est commune à tous les visas de travail américain que nous allons développer dans cette section.

Trouver un sponsor

La première étape est donc de trouver un employeur qui accepte de lancer la procédure de demande de visa pour vous. Pour ce faire, l’employeur doit d’abord remplir une demande (petition en anglais) au U.S Citizenship and Immigration Services (USCIS). Cette “petition” est indispensable au lancement de la procédure.

Vous devez ensuite remplir le formulaire DS-160 (Online Nonimmigrant Visa Application) en ligne, sur le site du Consular Electronic Application Center. Une fois complété, imprimez la page de confirmation contenant un code bar, car elle vous sera demandée lors de votre rendez-vous à l’ambassade américaine.

Obtenir un rendez-vous à l’ambassade

Comme vous l’avez compris, il va falloir prendre rendez-vous à l’ambassade ou au consulat américain compétent dans votre zone géographique. Vous pouvez fixer un rendez-vous dans une ambassade autre que celle du pays où vous résidez, mais soyez conscient que cela peut compromettre vos chances d’obtenir votre visa de travail américain.

Les délais pour obtenir une audience varient d’un pays à l’autre. Prenez-vous-y suffisamment en avance pour éviter tous problèmes.

Vous avez besoin du numéro de récépissé figurant sur votre petition approuvé pour pouvoir obtenir un rendez-vous.

Les documents à présenter le jour de votre entretien changent également selon la localisation de l’ambassade des USA. Prenez toutes les précautions nécessaires pour être sûr d’avoir votre dossier complet le jour j. Il faudra néanmoins toujours vous munir de photos d’identité et être en possession d’un passeport biométrique ou un passeport électronique valide.

Préparez votre entretien

Préparez votre entretien avec soin. Soyez prêt à répondre à de nombreuses questions sur vos motivations, votre niveau d’anglais, vos antécédents et votre projet professionnel. Tous les demandeurs de visa travail USA doivent démontrer leurs attachements à leurs pays de résidence et prouver qu’ils comptent bien quitter les États-Unis une fois leurs contrats arriver à terme.  

Si vous comptez aller vivre aux USA avec votre conjoint ou vos enfants, ils doivent eux aussi remplir une demande de visa pour vous accompagner.

Durant votre entretien, un officier des autorités consulaires américaines déterminera si vous êtes qualifié pour recevoir un visa de travail américain. Si tel est le cas, il déterminera quel visa correspond le mieux à votre situation.

Si votre demande est approuvée, vos empreintes seront relevées électroniquement et l’on vous indiquera dans quelles circonstances et délai, votre visa vous sera retourné.


Les différents
visas de travail américain pour les non-immigrants

La liste ci-dessous présenteles différents visas de travail USA pour les non-immigrants, ainsi qu’un descriptif du public concerné :

H-1B (occupation spéciale) :

Ce visa s’adresse aux personnes ayant un haut niveau d’éducation ou une expérience équivalente. Sont inclus dans cette catégorie les mannequins de mode, les chercheurs travaillant en recherche et développement pour le compte d’un gouvernement, ainsi que les participants à des projets du ministère de la Défense américaine.

H-1B1 (free trade agreement professional) :

Requiert un diplôme d’étude supérieure, impliquant au moins 4 ans d’études dans le domaine d’expertise. (ne nécessite pas de petition).

H-2A (travailleurs temporaires agricoles) :

Pour un emploi saisonnier ou temporaire dans le domaine de l’agriculture. Limité aux ressortissants ou citoyens de pays spécifiques.

H-2B (travailleurs temporaires non-agricoles) :

Pour un emploi saisonnier ou temporaire dans un domaine autre que l’agriculture. Limité aux ressortissants ou citoyens de pays spécifiques.

H-3 (personne en formation ou en relation avec l’éducation d’enfant aux besoin spécial) :

Pour recevoir une formation, autre que médical ou académique, qui n’est pas disponible dans le pays d’origine du demandeur, ou une formation dans le domaine de l’éducation en contact avec des enfants mentalement, physiquement ou émotionnellement instable.

L (transfert interne d’employé) :

Pour travailler dans une branche, filiale ou sous-traitant de l’employeur actuel, dans un rôle décisionnaire ou requérant un savoir particulier. Le demandeur doit avoir travaillé consécutivement pour le même employeur 1 an durant les 3 années précédentes.

O (individu possédant un talent/savoir extraordinaire) :

Pour les personnes possédant un talent/savoir extraordinaire ou ayant rencontré une réussite reconnue mondialement dans le domaine des sciences, des arts, de l’éducation, des affaires, du sport, du cinéma et de la télévision. Visa délivré dans le but de travailler dans le domaine d’expertise. Ce visa inclut les personnes fournissant des services essentiels aux individus susmentionnés.

P-1 (sportif, membre d’une équipe sportive, membre d’un groupe artistique) :

Pour participer à une compétition spécifique en tant qu’athlète ou membre d’une troupe artistique. Requiert un niveau de reconnaissance internationale dans le domaine concerné. Ce visa inclut les personnes fournissant des services essentiels aux individus susmentionnés.

P-2 (artiste ou groupe d’artiste) :

Pour délivrer une performance dans le cadre d’un programme d’échange entre les États-Unis et une organisation d’un pays étranger. Ce visa inclut les personnes fournissant des services essentiels aux individus susmentionnés.

P-3 (artiste ou groupe d’artiste) :

Pour délivrer une performance, enseigner ou coacher dans le cadre d’un programme culturel unique au niveau ethnique, folklorique,musical. Ce visa inclut les personnes fournissant des services essentiels aux individus susmentionnés.

Q-1 (participant à un programme international d’échange culturel) :

Pour délivrer une formation pratique et partager l’histoire, la culture et les traditions du pays d’origine à travers la participation à un programme international d’échange culturel.


Les visas de travail pour les immigrants

Il est temps maintenant de nous intéresser à l’autre cas de figure qui peut vous permettre de travailler aux USA et de vivre votre rêve américain : l’expatriation.

Il n’existe que trois cas de figure possibles dans ce domaine. Il faut être sponsorisé soit par un parent proche étant citoyen américain, soit un parent proche déjà résident permanent ou, dernier cas de figure, qu’un employeur vous sponsorise en vous offrant un emploi permanent sur le sol américain.

Dans les trois cas, et comme pour les visas de travail USA pour les non-immigrants, tout commence par le remplissage de la “petition” par votre sponsor.

Le sponsor est la personne qui fait la demande pour lancer la procédure de résident permanent.

Être sponsorisé par un citoyen américain

Si le sponsor est un citoyen américain, il peut remplir une petition pour :

  • son épouse ;
  • son fils ou sa fille ;
  • son frère ou sa sœur ;
  • un parent.

Être sponsorisé par un résident permanent

Si le sponsor n’est pas citoyen américain, mais résident permanent, il peut remplir une petition pour :

  • son épouse ;
  • son fils ou sa fille, à condition qu’il/elle ne soit pas marié(e).

Une fois la petition approuvée, un processus similaire aux visas non-immigrant commence.

Il faut prendre rendez-vous à l’ambassade américaine, réunir tous les documents nécessaires suivant votre cas, bien préparer votre entretien et s’acquitter des frais de dossier.

Si votre dossier obtient une issue favorable, un visa temporaire vous sera délivré pour vous permettre d’organiser votre départ vers les États-Unis d’Amérique. Une fois sur place, vous recevrez au bout de quelque temps la précieuse green card (carte verte) pour pouvoir travailler et vivre aux USA indéfiniment, ainsi que votre numéro de sécurité sociale (si vous en avez fait la demande au préalable).

Les autorités américaines ont instauré des quotas annuels concernant la délivrance des visas de travail. S’il y a plus de demandes que de visas disponibles, une liste d’attente est établie et les demandes seront examinées dans l’ordre chronologique.

Participer à la loterie carte verte

Un autre moyen d’obtenir une green card est de participer à la loterie carte verte du Diversity Visas Program. 50 000 cartes vertes sont ainsi distribuées chaque année. Les conditions d’éligibilité à cette loterie changent d’une année sur l’autre pour permettre la diversité des personnes et des nationalités tirées au sort.

Vous avez maintenant une vision plus précise des conditions que vous devez remplir pour pouvoir obtenir une autorisation de travail et immigrer aux USA. Il ne vous reste plus qu’à prendre votre courage à deux mains et vous armer de patience. Les procédures concernant les visas de travail peuvent prendre beaucoup de temps. Il peut être intéressant de s’octroyer les services d’un avocat spécialisé afin de vous aider dans des démarches qui peuvent parfois s’apparenter à un parcours du combattant.

Mais si vous êtes suffisamment déterminé pour partir vivre aux États-Unis, vous aurez le plaisir de vous prélasser sur les plages de Miami, de vivre dans des immenses mégalopoles qui ne dorment jamais comme New-York, Los Angeles ou San Francisco, d’admirer la beauté des parcs nationaux de Yosemite, Yellowstone, du Grand Canyon ou de vous perdre dans les étendues sauvages de l’Ouest américain. L’heure est peut-être venue pour vous de vivre votre rêve américain.

Comment obtenir un visa J1 ?

Partir à l’étranger pour y étudier y enseigner ou faire un stage est une grande opportunité dans une carrière pour acquérir de l’expérience professionnelle. Mais si vous comptez partir aux USA en tant que ressortissant étranger, vous aurez besoin de faire une demande de visa pour entrer sur le territoire américain. Le visa J1 donne le droit à son détenteur de séjourner aux USA pour une durée allant de quelques semaines à plusieurs années, s’il participe à l’un des programmes d’échanges visa américain J1. Vous devez d’abord trouver un programme agréé pour vous sponsoriser. Ces programmes s’adressent à différentes catégories de personnes désirant par exemple trouver un stage aux USA, un séjour au pair, un séjour linguistique ou étudier aux USA, dont voici une liste non-exhaustive :

  • professeur ;
  • fille au pair aux USA ;
  • apprentis ;
  • étudiant dans une université américaine ;
  • étudiant en médecine ;
  • docteur.

Ce genre de procédure peut au premier abord ressembler à un parcours du combattant, mais en suivant la bonne ligne directrice, cela n’est pas si compliqué que cela. Nous allons détailler étape par étape le processus à suivre pour obtenir ce visa.

1re étape pour obtenir un visa américain J1 : trouver un sponsor

Pour s’inscrire et pouvoir postuler à un visa J1, vous allez d’abord devoir trouver une organisation qui accepte de vous sponsoriser. Le United Department of State a une liste officielle d’organisation agréée. Gardez bien en tête que la plupart des organisations privilégieront les postulants avec un niveau d’anglais suffisant. L’organisation peut vous aider dans l’obtention de votre visa américain J1.

2e étape pour obtenir un visa J1 : remplir le formulaire DS-2019

Une fois accepté par le programme d’échange outre atlantique de votre choix, il va falloir remplir le formulaire DS-2019, également appelé “Certificate of Eligibility for Exchanger Visitor (J-1) Status”. Ce formulaire est le document officiel utilisé par le Department of State, qui vous permettra d’obtenir un rendez-vous à l’ambassade ou au consulat américain. Si vous allez vivre aux USA accompagné par votre épouse et/ou vos enfants durant la durée du programme, ils devront eux aussi remplir un formulaire.

Le DS-2019 est un formulaire de deux pages délivré par l’organisation vous sponsorisant et qui contient un descriptif du programme que vous allez suivre.

3e étape : s’acquitter des frais de dossier

Avant de partir étudier à l’étranger, il vous sera demandé de payer les frais du SEVIS I-901 au Department of Homeland Security (DHS). Notez que ce paiement peut être pris en charge par des bourses d’études par les organisation qui sponsorisent. Il est important de vérifier si ce paiement doit être réglé par vous ou par votre organisation. Si votre organisation paie les frais de SEVIS, assurez-vous de recevoir une facture prouvant le règlement.

Vous devez également vous acquitter des frais de gestion de votre dossier de visa J1.

Appelés Nonimmigrant Visa Application Fee, ces frais de gestion s’élèvent à 160 $. Les postulants qui font partie d’un programme subventionné par le gouvernement américain sont exemptés du paiement des frais dû au Nonimmigrant Visa Application.

Il est fortement recommandé de souscrire à une assurance santé avant son départ, tant les frais médicaux peuvent vite devenir pharaonique aux États-Unis.

4e étape : le rendez-vous à l’ambassade ou au consulat américain

Sachez que pour obtenir votre visa J1, vous avez besoin de l’approbation finale d’un officier consulaire d’une ambassade des États-Unis ou d’un consulat américain. Dépendant du lieu où vous vous trouvez, les délais pour obtenir un rendez-vous peuvent varier considérablement. Il est donc très important de vous y prendre suffisamment à l’avance pour être sûr d’avoir un rendez-vous avant le début de votre programme.

Durant l’entretien, des questions vous seront posées concernant le programme, vos intentions une fois le programme terminé, comment allez-vous subvenir à vos besoins durant la durée du programme, etc. Il est important de faire comprendre à l’officier que votre intention est de retourner dans votre pays d’origine une fois le programme terminé. Soyez prêts à démontrer votre attachement à votre pays, ainsi qu’à fournir tous documents prouvant vos liens avec votre terre natale.

Pour postuler à un visa J1, vous aurez besoin de fournir les documents suivants à l’officier du consulat ou de l’ambassade américaine :

  • le formulaire DS-2019 (mentionné à l’étape 2) ;
  • le formulaire DS-7002 (training / internship placement plan, pour les personnes suivant une formation) ;
  • le formulaire DS-160 (online Nonimmigrant visa electronic application) ;
  • un passeport biométrique ou un passeport électronique avec une validité d’au moins 6 mois supérieur à la date de fin de votre voyage ;
  • une photo d’identité.

Il est très important de vérifier avec l’ambassade ou le consulat américain duquel vous dépendez, les documents nécessaires pour postuler à un visa américain J1. Ces documents peuvent varier d’un consulat ou d’une ambassade des USA à une autre. Votre situation personnelle peut également avoir une incidence sur les documents à fournir. Il est donc primordiale que vous ayez connaissance de tous les documents à fournir pour éviter toutes déconvenues le jour du rendez-vous. Gardez à l’esprit qu’un visa J-1 dispose d’une durée de validité et n’est pas approprié pour une expatriation définitive aux États-Unis. Si tel est votre but, vous devez faire une demande de carte verte (green card), avant ou pendant votre séjour temporaire aux USA.

visa usa touriste

Les différents types de visas USA pour touristes

Envie de faire un voyage aux États-Unis ? Le pays séduit chaque année des millions de touristes venant du monde entier. Il est certain que la diversité des paysages y est pour beaucoup. Entre l’immensité des grattes ciel de Manhattan, les arbres centenaires de Yellowstone, les néons de Las Vegas ou le magnifique spectacle qu’offre le Grand Canyon, chacun peut se construire son rêve américain et des souvenirs inoubliables. Cependant, entrer sur le territoire américain n’est pas chose aisée. Les autorités américaines sont très à cheval sur la sécurité intérieure et un document de voyage sera toujours nécessaire avant de partir aux États-Unis. Savoir lequel solliciter entre les différents visas USA touristes peut être un vrai casse-tête. Nous allons nous efforcer de décortiquer tout ce qui il y a à savoir pour vous rendre la tâche plus facile.

Le visa USA touriste B

Tout d’abord, il existe deux types de visas USA touristique B. Le visa USA touriste B1 s’adresse aux personnes se rendant aux États-Unis pour un voyage d’affaires. Le détenteur d’un visa USA touristique B1 est autorisé, durant son séjour aux USA, à assister à des rendez-vous professionnels, participer à des salons ou conférences et signer des contrats.

Si le but de votre voyage est purement touristique, si vous rendez visite à de la famille aux États-Unis ou si allez aux USA pour suivre un traitement médical, vous devez vous tourner vers le visa USA touriste B2.

Votre voyage aux USA peut aussi être une combinaison de plusieurs buts mentionnés ci-dessus. Il est alors possible d’obtenir un visa USA touristique B1/B2.

Voici la procédure d’obtention d’un visa USA touriste B1/B2 :

  • se rendre sur le site du “Consular Electronic Application Center” et remplir le formulaire en ligne DS-160 ;
  • prendre rendez-vous à l’ambassade des États-Unis ou le consulat américain compétent (les autorités américaines ne vous contacteront pas, même après avoir rempli le formulaire DS-160, c’est au demandeur de faire la démarche) ;
  • se rendre à l’ambassade et présenter son dossier à l’officier gouvernemental. Il faut impérativement que le dossier soit complet (les documents justificatifs varient d’un pays à l’autre). L’officier de l’ambassade américaine que vous rencontrerez lors de votre rendez-vous examinera votre dossier et autorisera, ou non, la délivrance du visa USA touristique ;
  • s’acquitter des frais de dossier du visa USA touriste B1/B2 qui s’élèvent à 160 $.

Vous recevez le visa sous quelques jours chez vous, attaché à votre passeport.

Le visa USA touristique de transit

Si vous ne faites que transiter par les États-Unis d’Amérique à destination d’un autre pays, vous avez besoin d’un visa USA touristique de transit C.

Il existe 3 types de visa C :

  • le C1 est un visa USA touriste pour les non-citoyens américains n’étant autorisés à rester sur le sol américain que durant la durée de leur transit ;
  • le C2 est un visa de transit ne concernant que les personnes voyageant jusqu’au siège des nations unis à New-York ou les membres des nations unis transitant par les États-Unis pour atteindre leur destination finale ;
  • le C3 est un visa de transit destiné aux membres d’une délégation d’un gouvernement étranger, transitant par les États-Unis pour atteindre leur destination finale, dans le cadre d’une mission gouvernemental.

L’autorisation de voyage ESTA

Si vous êtes ressortissant français ou ressortissant étranger d’un autre pays membre du Visa Waiver (VWP) Program, vous n’avez pas besoin d’un visa pour transiter ou pour voyager aux USA.

Mise en place depuis le 12 janvier 2009 par le gouvernement américain, l’Electronic System for Travel Authorization, ou ESTA, est une manière simplifiée d’obtenir une autorisation vous permettant de pénétrer sur le sol américain.

La demande se fait exclusivement via un formulaire ESTA en ligne sur le site du U.S Custom and Border Protection (l’équivalent de la douane française) ou en passant par les services d’une société privée.

Les conditions pour être éligible à cette mesure sont les suivantes :

  • être ressortissant d’un pays membre du programme d’exemption de visa (VWP) ;
  • être en possession d’un passeport biométrique ou d’un passeport électronique ayant une date de validité au moins 6 mois supérieure à la date de début de votre voyage ;
  • se rendre aux États-Unis pour un séjour touristique ou un voyage d’affaires dont la durée ne dépasse pas 90 jours. Une demande ESTA est également nécessaire dans le cas d’un simple transit aux USA ;
  • posséder une carte de crédit pour procéder au paiement en ligne ;
  • entrer sur le territoire américain par voie aérienne ou maritime.

Les principales différences avec un visa USA touriste sont la durée maximale de séjour (90 jours maximum pour l’ESTA, 6 mois pour un visa touristique B1/B2) et la durée de validité (2 ans avant expiration pour l’ESTA, 10 ans pour un visa B1/B2).

Les deux documents donnent tous deux droit à de multiples entrées sur le territoire américain pendant leur période de validité.

Tous les visas et autorisation mentionnés dans cet article sont uniquement valables dans le cadre de séjour touristique, de voyage d’affaires ou de transit aux USA. Ils sont à classer dans la catégorie des documents pour les non-immigrants. De ce fait, il ne donne pas le droit à leur détenteur de travailler aux États-Unis, d’étudier, d’effectuer un stage ou de vivre aux USA.

L’obtention d’un visa touristique ou d’une autorisation ESTA ne donne également aucun droit à l’obtention d’une carte verte (green card). Si vous désirez vous expatrier aux États-Unis et devenir résident permanent, il faut vous rapprocher des autorités consulaires américaines de votre pays afin de connaître les démarches à suivre.

demander un visa américain

Comment faire une demande de visa USA ?

Que vous désiriez partir aux USA pour un séjour touristique, à des fins professionnels, ou encore pour vous expatrier définitivement, le gouvernement américain attend de vous que vous soyez en possession du bon visa. Devant la multitude de cas possibles, on peut aisément se sentir perdu et ne pas savoir comment faire sa demande de visa USA. Il faut déjà différencier les visas non-immigrants, pour les séjours temporaires et les visa immigrants pour les personnes qui désirent s’expatrier aux USA.

 

Demande de visa USA non-immigrant : quel visa pour ma situation ?

Tout d’abord, il convient de déterminer le but de votre séjour aux USA.

Si votre voyage aux USA est à des fins touristiques, pour rendre visite à de la famille, pour un voyage d’affaires ou encore pour suivre un traitement médical, vous devez faire une demande de visa USA B1 ou B2.

Si vous désirez vous rendre aux USA pour y étudier ou dans le cadre d’un programme d’échange culturel, la demande de visa américain qui vous concerne est le F, M ou J.

En cas de simple transit via les États-Unis à destination d’un autre pays, votre visa sera le C.

Les visas de travail à durée déterminé sont plus nombreux, car spécifiques à la catégorie de travailleurs. Nous ne nous attarderons pas sur leurs descriptifs complets, car c’est l’agent consulaire américain qui détermine le visa approprié dans chaque cas. Voici néanmoins quelques exemples. On trouve notamment le visa D (membres d’équipages), le I (journaliste), Les E1/E2 (pour les investisseurs), le P (artiste), le O (personne avec des facultés extraordinaires), ou encore le H (travailleur saisonnier).

 

Comment faire sa demande de visa américain non-immigrant ?

Une fois que vous savez quelles catégories vous correspond, il faut faire sa demande de visa USA auprès des autorités américaines.

Pour les demandes de visa américain B1 et B2, il faut dans un premier temps, remplir le formulaire en ligne DS-160 sur le site du Consular Electronic Application Center (CEAC) et imprimer la page de confirmation contenant un code bar.

Contactez ensuite l’ambassade américaine dont vous dépendez pour prendre rendez-vous.

Une fois à l’ambassade ou au consulat américain, vous passez un entretien avec un officier consulaire à qui vous fournissez les documents requis (passeport valide, photos d’identité, page de confirmation du DS-160, etc.). Si la demande est  acceptée, il ne vous reste plus qu’à régler les frais (variables selon l’ambassade) et votre passeport contenant votre visa vous sera renvoyé dans les jours suivants. Les visas USA B1 et B2 vous autorisent à rester sur le territoire américain pour une durée maximale de 6 mois.

La procédure est la même pour les visas de transit 

Si vous êtes ressortissant d’un pays faisant partie du programme d’exemption de visa (Visa Waiver Program), vous êtes exemptés de faire une demande de visa USA. Une procédure simplifiée est mise en place pour ces pays, sous la forme d’une autorisation électronique de voyage, appelé demande d’ESTA. Toute la procédure se passe en ligne, aucune visite à l’ambassade des USA n’est nécessaire. Pour bénéficier de ce programme, il faut, que votre pays soit membre du programme d’exemption de visa, que votre voyage aux USA soit touristique ou un voyage d’affaires de 90 jours maximum et que vous soyez détenteur d’un passeport biométrique ou d’un passeport électronique valide (une autorisation ESTA est également obligatoire dans la cas d’un transit).

Pour les demandes de visa américain de travail ou étudiant, il faut d’abord être sponsorisé par un employeur ou un programme d’étude. Votre sponsor doit remplir une demande appelée petition et la transmettre aux U.S Citienship and Immigration Service (USCIS) qui va l’étudier et l’approuver, si le projet est jugé valide et cohérent.

Une fois approuvée, la même procédure que pour les visas touristiques se met en place.

  • Remplir le formulaire en ligne DS-160 ;
  • prendre rendez-vous au consulat américain ;
  • passer un entretien avec un agent gouvernemental, qui déterminera quel visa va-vous être délivré.

La durée de validité de votre visa/permis de travail, dépendra de votre contrat de travail ou de la durée de votre programme d’études dans l’université américaine choisie.

Étudier aux États-Unis ou y travailler temporairement, implique obligatoirement une demande de visa USA.

 

Comment faire sa demande de visa immigrant ?

Si vous désirez immigrer aux États-Unis et devenir résident permanent, la demande de visa américain est légèrement différente.

Comme pour les visas d’étude et de travail temporaire, il faut d’abord trouver un sponsor.

Dans le cas d’une expatriation définitive, votre sponsor doit être un parent citoyen américain ou un parent ayant déjà le statut de résident permanent (différents degrés de parenté s’appliquent). Votre parent doit remplir le formulaire “I-130 Petition for Alien Relative”, la soumettre au USCIS et apporter la preuve qu’il a les moyens financiers de subvenir à vos besoins.

Lorsque votre petition est approuvée, un rendez-vous à l’ambassade est encore nécessaire pour passer un entretien. Au terme de la procédure, un visa immigrant sera accolé à votre passeport vous permettant de pénétrer sur le sol américain.

Dans les semaines qui  suivent votre arrivée aux États-Unis d’Amérique, vous recevrez votre carte verte (greencard), vous permettant de travailler aux USA et d’y vivre définitivement.

Un employeur peut également vous sponsoriser pour un visa immigrant. Certaines personnes aux facultés exceptionnelles, dans le domaine des sciences, de la recherche, de l’art, ont la possibilitée de se passer de sponsor et de postuler pour un visa immigrant si elles comptent venir aux USA pour continuer à travailler dans leurs domaines d’expertises.

Les différents types de visas américains

Beaucoup de personnes rêvent de partir aux États-unis. La démesure de ce pays enflamme l’imagination. Que ce soit l’immensité des grattes ciel de New-York, Las Vegas, Los Angeles ou la beauté des paysages sauvages de l’Ouest américain et des parcs nationaux de Yosemite, Yellowstone ou le Grand Canyon, chacun peut y trouver sa place et commencer son rêve américain. Mais avant d’apercevoir la torche de la statue de la liberté, il va falloir passer par quelques formalités administratives.

Que vous désiriez voyager aux États-Unis pour faire du tourisme, pour étudier, effectuer un stage ou vous expatrier et travailler aux USA, vous aurez besoin d’un visa américain. Il en existe une multitude, mais nous pouvons différencier deux catégories majeures. D’un côté, les visas pour les séjours temporaires (non-immigrants), et de l’autre, ceux pour les personnes voulant s’installer et vivre aux États-Unis (immigrant). À travers cet article, nous allons nous efforcer de vous expliquer, le plus clairement possible, les différents types de visas délivrés par les autorités américaines.

Visa américain pour les non-immigrants

Les visas américains pour les non-immigrants concernent les personnes qui désirent se rendre sur le sol américain pour une durée déterminée.  

Différents types de séjours entrent dans cette catégorie :

  • voyage touristique ;
  • voyage d’affaires ;
  • travail temporaire ;
  • suivre des études ;
  • recevoir un traitement médical.

Les visas USA visiteurs

Visa Visiteur (B) : voyage d’affaires, tourisme, traitement médical

Ce visa USA s’applique aux ressortissants étrangers se rendant aux États-Unis temporairement pour affaires (B1), incluant la participation à des rendez-vous professionnels, des meetings et conférences. Il s’applique aussi aux séjours touristiques, à la visite de parents aux USA ou pour recevoir un traitement médical (B2). Il peut également être une combinaison de plusieurs situations (B1/B2) pour une durée maximale de 6 mois.

Visa de transit (C)

Ce visa concerne les personnes voyageant entre deux pays étrangers et qui transitent par les États-Unis au cours de leur voyage.

Autorisation de voyage électronique ESTA

Depuis le 12 janvier 2009, les ressortissants étrangers, citoyens d’un pays faisant partie du programme d’exemption de visa (Visa Waiver Program), doivent faire une demande d’ESTA s’ils se rendent aux États-Unis, pour un séjour touristique ou d’affaires d’une durée maximum de 90 jours. Cette autorisation est également nécessaire dans le cas d’un simple transit par les USA. La demande se fait exclusivement via un formulaire en ligne. Vous n’avez donc pas à effectuer votre demande à l’ambassade américaine ou au consulat (un passeport biométrique ou électronique est obligatoire pour faire cette démarche.).

Les visas américains étudiants

Visa étudiant (F/M)

Pour étudier aux États-Unis et y suivre un programme d’études, approuvé par le gouvernement, il faut en général passer par une demande de visa américain étudiant (F/M)

Visa d’échange (J)

Ce visa est requis dans le cadre de programmes d’échanges d’étudiants étrangers ou d’échanges culturels. Le programme ou école supportant l’échange remettra au demandeur un formulaire DS-2019, à présenter le jour du rendez-vous de la demande de visa. Si le programme autorise les épouses et les enfants à accompagner le postulant, ils devront eux aussi remplir un formulaire DS-2019.

Les visas américains de travail

Visa pour les membres d’équipages (D)

Le visa D concerne les personnes travaillants à bord d’embarcation (comme des bateaux de croisière ou des bateaux de pêche) ou pour des compagnies aériennes faisant escale aux États-Unis.

Visa pour les journalistes et membres de la presse (I)

Pour obtenir ce visa, il est nécessaire de prouver une activité en relation avec le monde des médias et de l’information. Ce visa est en effet réservé aux représentants des médias étrangers, incluant les membres de la presse, de la radio, de la télévision ou de l’industrie du cinéma, se rendant aux États-Unis dans le cadre de leur activité professionnelle.

Visa pour investisseur (E1/E2)

Ce visa USA est destiné aux ressortissants de pays ayant des traités commerciaux en cours avec les États-Unis. Les personnes possesseurs de ce visa peuvent donc conclure des traités conséquents en termes de services et de technologie avec des entreprises américaines.

Visa pour travailleur Australien (E3)

Uniquement destiné aux citoyens australiens se rendant aux États-Unis pour travailler temporairement dans un domaine spécifique.

Visa pour travailleurs spécifiques (H, L, O, P, Q, R)

Ces visas américains regroupent une multitude de professions et de catégories de personnes disposant de facultés spécifiques.

Voici une liste non-exhaustive des possibles postulant pour ces visas :

  • personne possédant une ou des facultés extraordinaires (O) ;
  • employé venant d’une entreprise international et étant transféré (L) ;
  • employé saisonniers de l’agriculture (H2-A) ;
  • athlète ou artiste reconnue internationalement (P) ;
  • travailleur religieux (R) ;

Visa professionnel NAFTA (TD/TN)

Le North American Free Trade Agreement (NAFTA) crée des relations économiques et de commerces entre les États-Unis, le Canada et le Mexique et permet aux ressortissants de ces pays de travailler aux États-Unis dans le cadre de profession réglementées.

Visa américain pour les immigrants

Les visas américains immigrants sont destinés aux personnes désirant vivre aux USA et devenir résident permanent. Dans la grande majorité des cas, ils sont délivrés pour des raisons familiales ou liés au travail. Pour pouvoir être éligible, le postulant doit être parrainé (sponsored) par un citoyen américain, par une personne de sa famille ayant le statut de résident permanent (possédant une carte verte), ou par un employeur. C’est le parrain qui sollicite le processus d’immigration en remplissant une requête (petition) au nom du postulant et la transmet au U.S Citizenship and Immigration Services (USCIS). Une fois en possession de la carte verte, le postulant pourra faire une demande de naturalisation afin d’obtenir la citoyenneté américaine (après 3 ans pour les membres de la famille d’un citoyen américain et après 5 ans pour les membres de la famille d’un résident permanent.).

Un citoyen américain peut remplir une requête de visa pour :

  • une épouse ;
  • un fils ou une fille ;
  • un parent ;
  • un frère ou une sœur.

Un résident permanent (détenteur de la green card) peut remplir une requête de visa pour :

  • une épouse ;
  • un fils ou une fille non marié.

Un employeur américain a la possibilité de parrainer un travailleur qualifié, à condition de lui offrir un emploi permanent. Dans certains domaines particuliers, la loi américaine autorise un postulant à être son propre parrain.

Le nombre de visas USA immigrant délivré chaque année est limité. Si le nombre de postulants excède le nombre de visas délivré, ils seront alors placés sur liste une d’attente et le visa sera délivré dans l’ordre chronologique, à compter de la date de la requête.

Si la grande majorité des visas délivrés se font dans le cadre d’un regroupement familial ou d’une promesse d’embauche, il existe d’autres catégories. Un citoyen américain peut remplir une requête pour une fiancé d’origine étrangère, dans le but de se marier aux USA ou pour un orphelin adopté à l’étranger et qui doit être adopté ensuite aux États-Unis.

D’autres catégories de visas sont possibles pour des travailleurs spécialisés (chercheur, expert en nouvelles technologies, etc.).

Le gouvernement américain propose également un programme annuel appelé “Diversity Visa” aussi connu sous le nom de loterie carte verte. Les conditions d’éligibilité sont différentes des visas cités jusqu’à présent. Pour connaître les conditions requises, nous vous invitons à consulter le site officiel du gouvernement américain.